Introduction des mots savants

Les mots savants sont des formes qui n’ont pas suivi les évolutions populaires. Ils sont dits savants car ils sont généralement introduits par les lettrés à partir du vocabulaire du latin littéraire, ces mots sont alors accueillis dans le roman suivant des schémas phonétiques qui peuvent changer dans le temps et qui diffèrent parfois dans l'espace roman.

Le suffixe savants ARI

On doit distinguer la forme populaire des suffixes latins ARIU qui a abouti chez nous à ÈIR [ 'ɛi ] suivant un processus que nous verrons plus tard, et la forme savante de ces même suffixes qui est ARI [ 'aʀi ] ce qui correspond en français à « ier » et à « aire » : üfebruariu > feurèir, üsolariu > solèir « Le Soulier, lieu-dit », ünotariu > notari « notaire », üvoluntariu > volontari, üarmariu > armari « armoire »…

Cette distinction entre formes populaires et formes savantes se retrouvent dans les différentes langues romanes ; le castillan a ainsi ERO et ÁRIO: febrero « février », notario « notaire », le catalan ER et ARI : febrer, notari, ….Le français ancien avait également ARI mais qui est devenu depuis longtemps AIRE, cependant le dialecte normand qui avait gardé tardivement ARI l’a transmis à l’anglais  : « notary », « contrary ». L'arpitan a ici ÁRIO pour forme savante mais ces formes sont devenues rares : bário « mur pour dévier une avalanche » (Tignes - Savoie), notário « notaire », ...

Le féminin de ÈIR est dans un cas ÈIRA [ 'ɛiʀ(ɔ) ], celui de ARI est ÀRIA [ 'aʀjɔ ] : fenèira « fenil », ribandèira « fabrique de ruban », ordinària « ordinaire », ...

Sur le même modèle, le suffixe ŎRIU/ŎRIA connaît une forme populaire UÈIR/UÈIRA (ücŏriu > cuèir [ kɛi ] « cuir », übŏvaria > boèira « paire de bœufs ou de vaches »). La forme savante ÒRI/ÒRIA est peu représentée dans notre patois où les mots concernés sont généralement remplacés par le français, il est cependant possible que le mot général de la langue d'oc que nous utilisons également à Sainte-Sigolène pour « ferme, exploitation agricole, métairie », bòria, soit une forme savante de bŏvaria (etymologie-occitane.fr).

Le suffixe ĔRIU/ ĔRIA a la forme populaire ÈIR/ÈIRA : üfĕria > fèira « foire », ümĭnĭstĕrĭu > mestèir « métier », mais la forme savante ÈRI/ÈRIA ne semble plus avoir qu'un seul représentant dans notre patois qui est cementèri « cimentière » et qui de plus a une prononciation irrégulière sans I posttonique cementèr.

Le suffixe ARIÁ

Il répond au français « erie »  : librariá « librairie », flatariá « flatterie », batariá « batterie », galariá « amusement, fête », lotariá « loterie », mocariá « moquerie »,… sans distinction entre ARIÁ et un éventuel ERIÁ.

Le suffixe ATGE

Les schémas phonétiques d’adaptation de la forme latine sont parfois complexes. Le suffixe latin ĭcu et son féminin ĭca, ainsi que son doublet ĭu et ĭa, semble avoir servi pendant longtemps pour former des nouveaux mots. Il semble aussi que, suivant les époques, on a eu recours à différents schémas phonétiques pour accueillir les nouvelles formes. Un de ces schémas a été étendu à atĭcu/atĭca qui a lui-même servi à créer un nombre considérable de mots communs au domaine français/occitan/arpitan/catalan, coratge « courage », vilatge « village », ... Ce même modèle a pu servir pour des formes approchantes : fĭcatu « nourri avec des figues » a été repris comme si il était fitĭcu et a donné fetge « foie » [ 'fødz(ø) ], là où le français « foie » est l'évolution phonétique régulière de fĭcatu. Nous ne distinguons pas dans la prononciation ATGE et AGE [ adz(ø) ].

D'autres formes savantes

Citons quelques autres mots du lexique sigolénois qui sont issus de formes savantes : profèta [ pʀu'fetɔ ] « prophète », remèdi [ ʀømedj ] « remède », crèdit [ kʀɛdj ] « crédit », vòta « fête votive », odor « odeur » (connu aussi ailleurs sous oudor, audor), quasi [ kaȝ ] « presque), defèci [ di’fɛȝ ] « honte » (assimilé a desfèci), gòbi (dans expression aver gòbi aus dets « avoir les doigts engourdis par le froid », signar [ ∫i’na ] « signer », règla « règle » (du français), agir « agir », legir [ lø'dzi ] « lire ».

Le patois sigolénois connaît également nòvi « pour jeune marié » mais il est prononcé soit [ 'nɔvi ], soit [ nɛuj ] qui semble combiner nòu [ nɛu ] « neuf, nouveau » et nòvi.

Nous rangerons aussi les prénoms dans la classe des mots savants : maurigi [ mu’ʀiȝ ], règis [ ʀɛȝ ], fèliç [ 'feli ], tònia [ 'tɔɲɔ ] (forme féminine d'Antoine). Mais, en dehors de quelques cas, les prénoms sont généralement adoptés sous la forme française.

Une des différences avec le français est que la langue d'oc moderne conserve l'accentuation originelle des mots savants : crèdit, Fèlix, même lorsque ces mots ne se conforment pas totalement aux schémas phonétiques locaux et suivent une prononciation trans-dialectale, comme le font les prénoms (pour Fèlix, on a [ 'feli ] alors qu'on attendrait [ 'feji ]). Cette conservation est cependant limitée au paroxytons, l'accentuation proparoxytonique étant inconnue : America [ ame'ʀikɔ ], musica [ my'ȝikɔ ].

Le français

Le français est bien entendu la principale source de mots savants depuis qu'il est langue dominante.

Paja precedenta

Paja seguenta




Auteur: Didier Grange - 2014- modifié- 2016


Tèxtes
Lo Velai
Los jalhs d'Issinjau
Poésies patoises
País de Beaus
Monistròl
La nuèit dau maquisardV
Miquièl Montanhon e Catarina
Sermon
Lo retorn dau paire
L’arribaa de la prima
Nòstra Dama de Mai
Las cendres
La nèu delh cocut
Nosautres
Un òme solet
Nadau
Responsa de la mòrt
Quand l'aiga mancava
PrimaV
Maria de la Crèca
Una messa de meianuèit elh Chastelàs das ChaptuèlhsV
Lo Finon d'às Chardaire
Lo ratairòl
L'aigada
Las maluranças de Jausèl lo BanardV

Escoutar
Radio Cime du Lizieux - Le patois vous parleV
L'aurelha de caireV
Sovenença dau certificat d'estúdiaV
Doctor KnockV
Sovenença daus mes de MaiV
Lo clochièr de LapteV
La chabra o la femnaV
Quaucòm que òm pèrd de veguáV
Los rats dins las bràiasV
Coma faire un fiulòtV
Carnaval elh Puèi de VelaiV
Temps de gestacionV
Nadal en VelaiV
Lo nenufarV
Las muaasV
Jan-JanetaV
Lo presidentV
Las meissonsV
Las escossalhasV
Las clòchas vès RomaV
Las cartas eissublaasV
Lo diable e lo maneschalV
La morrelhadaV
La muaa sus BrossetasV
Los solaçaires 2012V
Lo petaçatgeV
Lo bèu-fraireV
L'enigme daus cauquilhardsV
Lo remèdiV
Un braconaire ès GolenaV
Las damas blanchas de TalhacV
Los cinc jausV

Saber
Las vergenas nèiras
Los Montgolfièr
Fèstas delh Rei de l'Aucèl
La TrifòlaV
La Chasa-Dieu

Obrar e descubrir
Prononciacion de l'occitanV
Lexic parlantV
JòcsV
Lexic nòrd Velai-Vivarés
Toponymie de l'Yssingelais
Un parler roman, le patois de Sainte-Sigolène
Lexique de l'occitan auvergnat
Liens divers

Archius
Vès Aurèc 2006V
Dictada 2008V
Dictada 2009V
CAOC 2011V
Dictada 2012V
La Retornada 2016V
La Retornada 2017V
La Retornada 2018V
Ostal delh Fen GrasV
Marraire
Paraulas de tèrras occitanas
Dimarts 19 de feurièr de 2019
uèit oras manca vint-a-dos
Acuèlh | Letra Marraire| Prepaus